Lampe lanterne japonaise Tokyo, Tokyo Japon Agrandir

Tokyo 東京

028L

Nouveau

$ USD 39.81

Tokyo est la capitale administrative du Japon depuis 1868, en tant que lieu de résidence de l'empereur du Japon, du Premier ministre, du siège de la Diète (le parlement japonais), du Cabinet, de tous les ministères qui le constituent ainsi que de toutes les ambassades étrangères. Ce statut n'est toutefois pas défini par la Constitution de 1947. Elle constitue le principal centre politique de l'archipel depuis le xviie siècle.

Devenue deuxième place financière mondiale en 1990, derrière New York la ville est caractérisée par ses gratte-ciels, ses magasins de produits électroniques et de haute technologie, mais aussi par ses nombreux sanctuaires shintoïstes et temples bouddhistes, et ses quartiers et petites rues aux atmosphères particulières.

La préfecture métropolitaine de Tokyo, qui compte environ douze millions d'habitants, dispose d'un statut administratif particulier parmi les préfectures du Japon. L'agglomération de Tokyo qui s'étend bien au-delà des limites de la préfecture, rayonne sur une large frange de la baie de Tokyo, ainsi que sur la région du Kantō. Avec environ 37,7 millions d'habitants, elle forme l'aire urbaine la plus peuplée au monde.

En japonais, le nom de la ville s'écrit 東京.
En français, on ne prononce pas le nom de la ville comme en japonais et l'on écrit généralement «Tokyo», ce qui correspond à la prononciation française /to.kjo/. L'ancienne graphie Tokyo qui était utilisée en français au début du xxe siècle, est toujours utilisée en allemand et en espagnol, ainsi qu'en espéranto (entre autres).

Pour la France, l'arrêté du 4 novembre 1993 relatif à la terminologie des noms d'États et de capitales, pris conjointement par les ministres des Affaires étrangères et de l’Éducation nationale, recommande comme seule graphie Tokyo. Il en va de même de la commission de toponymie de l'Institut national de l'information géographique et forestière et du code de rédaction interinstitutionnel de l'Union européenne. Les Japonais eux-mêmes utilisent parfois la graphie Tokyo dans leur retranscription en rōmaji du nom de la ville.

La transcription phonétique en alphabet latin selon la méthode Hepburn donne Tōkyō, le ō avec macron dénotant un o long. Cette méthode de transcription est utilisée dans les transports japonais et dans la plupart des encyclopédies et dictionnaires francophones. La méthode Kunrei donne Tôkyô et la méthode JSL, Tookyoo. Le gouvernement japonais autorise également l'utilisation de la graphie «Tohkyoh» sur les passeports, reprenant une représentation des voyelles longues familière aux anglophones. Enfin il faut mentionner la méthode dite Wāpuro rōmaji qui écrit Toukyou.

Son ancien nom est Edo, «porte de la rivière», en référence à la rivière Sumida qui la traverse. Lorsque l'empereur Meiji s'y installe, en 1868, elle est rebaptisée Tōkyō, littéralement, par opposition à Kyōtō, l'ancienne capitale.

En français, les habitants de Tokyo sont appelés les «Tokyotes» ou les «Tokyoïtes». Les Japonais désignent aussi les hommes de Tokyo par l'expression Azumaotoko. Le terme d'Edokko, désignant historiquement les natifs de la ville lorsqu'elle s'appelait encore Edo, est toujours utilisé pour désigner les «Tokyoïtes de souche», dont les ancêtres sont eux-mêmes nés dans l'un des arrondissements de la capitale japonaise sur plusieurs générations, et qui montrent une certaine identité propre, caractérisée par l'utilisation encore de nos jours de certaines expressions et de l'accent nés de l'ancien dialecte local, l'Edokotoba, et symbolisée par Isshin Tasuke (figure de fiction très populaire), le personnage de Tora-san du film Otoko wa tsurai yo ou encore par le chien Hachikō.

©Wikipedia.org